Artiste Nos'arts

Wolff patrick



Ses derniers fans


  • 0 Fan actuellement.

Voir tous

Wolff patrick

Ville: Paris (75014)


BIOGRAPHIE


Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »

Patrick wolff né le 5 juillet 1959 dans le Doubs en Franche-Comtée, pays de gustave Coubet et de Victor Hugo. Depuis son plus jeune àge il trouve dans la peinture un exutoire pour canaliser ses émotions , empruntant la voie du corps dansant, du geste pure, libéré du mental. Autodidacte, la peinture est pour lui un outil pour rester en lien avec sa part spirituelle. Sa technique empruntée aux artistes comme Hans Artung ou Jason Pollock se veut à chaque fois improvisée, pour créer des fonds colorés et abstraits. Le rouge symbole de force, de passion mais aussi de colère prédomine souvent sur les couleurs froides. Dans un jeu incessant d'apparition et de disparition, il laisse remonter à la surface de la toile, figures et visages qui semblent sorties de contes chamaniques. . Il nous parle de la condition humaine, de ses mystères et de ses déficiences, de la dualité de l'homme. En toute humilité, ils se confie à l'énergie du vivant, et la musique joue un rôle essentiel dans son processus créatif. Du chuchotement au cri, ses toiles nous murmurent les secret de son âme. Peindre pour exorciser ses peurs, faire le deuil de sa sœur qu'il perdit à l’âge de 11 ans, être au contact de ce qu'il ressent, se sentir en vie, la valeur thérapeutique est donc indéniable.

Dans cette serie réaliser entre 2011 et 2014, Patrick Wolff dépeins un monde absurde et parfois cruelle qu'il questionne sans cesse et dont il dépend. Il passe sa vie à chercher le juste équilibre pour s'adapter, repartir ses poids et jetés des passerelles au dessus des abîmes. Peindre c'est résoudre le déchirement, panser ses blessures et transmettre de l'espoir.

« je me considère comme un simple outils de l'infini processus créatif »