Artiste Nos'arts

Santi Laurent



Ses derniers fans


  • 0 Fan actuellement.

Voir tous

Santi Laurent

Ville: Avignon (84000)


BIOGRAPHIE


Il faut guetter le bleu du ciel sans cesser de remuer le couteau dans la plaie. 

Gérard Guégan

 

Au commencement était le verbe, et puis le sujet et le complément. Je me fendais les lèvres sur mes poèmes, je m'y cassais les dents. Le chiendent poussait dans le jardin, et je n'avais que mes mots pour désherber.

 

Alors on écrit, on écrit, on écrit. En me disant que si ça fait brûler mes doigts, je n'aurai plus à aller bosser à l'usine ou dans les champs. Échec, doigts ignifugés, il reste au moins les ongles à ronger, les mots à ranger.

 

Trou noir, pages blanches, plus blanches que la nuit. On insomnise, trouve un vieil argentique à la poubelle. Déclic, les joues rougissent à cause des claques.

 

Je barbote dans mes textes et mes photos, partout ailleurs c'est le chaos.

 

La poésie parce que la prose c'est épuisant, les vers parce que nous finirons tous rongés par eux.

Dans mes textes, refuser d'aller au bout de la ligne. Créer du vide, donner le vertige. Questionner le monde avec quelques vers, sauter dans le sens sans parachute.

Faire rimer les contraires, transformer les antithèses en synonymes. Mélanger déclarations d'amour et appels au meurtre, épitaphes et acronymes. Les fleurs bleues sont comme les chrysanthèmes, elle grandissent grâce au fumier. S'enivrer du parfum d'une rose, écarteler le jardinier.

Parler de la pluie et du beau temps, du big bang et de l'apocalypse. Entre défendre les faibles et les condamner à mort, il n'y a qu'un point-virgule de différence. M'adresser à toi, leur parler à eux, déclamer dans la rue ou laisser un post-it sur le frigo.

Tout ça, ça revient au même, écrire des poèmes c'est à la portée de tous. Les donner à lire c'est être un peu fou. C'est la différence entre écrire avec ses tripes et revendre ces dernières à un boucher.

 

La photo c'est pas pareil, elle exige moins de me déshabiller. Elle est aussi introspective, ceci dit. Quoi que je prenne en photo, ce n'est que moi que je raconte. Ma ville, ma chérie, mes amis, mes inconnus, tout est bon pour tracer ma propre carte. La photo, c'est un pays d'apatride dont il fallait bien un jour écrire un guide.

Cette contrée photographique, je l'ai parcourue pendant des années à dos de Pentax. L'argentique m'a beaucoup appris. J'ai appris à ne pas mitrailler. Les armes c'est dangereux. J'ai aimé l'obscurité rougissante du labo et l'odeur de la chimie. La tête penchée sur le révélateur, j'ai frissonné en regardant du papier blanc devenir immeuble, cheveux ou encore train abandonné.

Je suis un homme ingrat, et je t'ai tourné le dos, laboratoire, tellement tu te faisais rare. Depuis, j'ai adopté des enfants numériques, on a même appris à s'aimer.

Le noir et blanc m'a obsédé pendant des années. C'est la trace de l'enfance, quand j'étais intimement persuadé que mes grands-parents avaient vécu dans un monde sans aucune autre couleur. C'était logique, j'avais vu tous les Chaplin.
La couleur est arrivée sur le tard. On m'avait bien dit au Pôle Emploi qu'il fallait que je devienne adulte.

 

Dans ma maison, images et mots se bousculent, se battent parfois, s'aiment toujours, et le soir font l'amour pour accoucher de toute une armée de moi. J'écris les cigarettes pour mieux photographier le cendrier. J'écris le café que je renverse sur mes négatifs. J'écris la pluie quand j'ai la flemme de sortir, je photographie le soleil quand je veux picoler en terrasse.

 

Je me demande souvent si vous montrer tout ça est une bonne idée. Les photos, les poèmes, c'est ma maison. Je vous fais tout visiter comme si j'étais agent immobilier. Je vends ma maison, je détruis mon intime. En vendant mes démons, je détruis ma maison. Il ne reste pas grand chose à fourguer. Je vous cède à bon prix mes exodes et mes névroses, le lit de mon enfance dans lequel j'ai désappris à dormir. Je solde la campagne et j'offre même mon ennui d'antan, et ces nuits languissantes qui fuyaient en rampant. Je détruis ma maison et puis ses alentours, pour laisser du courrier le facteur devra faire un détour.

 

Je regarde souvent le monde en noir et blanc, parce que j'ai peur de me rendre compte qu'en couleur, ce qui tombe des yeux des nuages n'est pas de l'eau mais du sang. Les photos en couleur me servent de réveil, elles me rappellent que la réalité n'est pas toute grise. Alors quand l'eau coule et se fait encre, je m'assois sur un banc, je sors mon carnet et je t'attends.

 

J'essaie de désarmer le désespoir et la tristesse, afin d'être le seul à avoir un fusil. J'impose ma dictature à tout un peuple de syllabes et d'images qui sans moi serait opprimé par un autre. Je veux envahir le monde parce que ce que j'ai à exprimer est trop gros pour un journal intime. Je suis le contremaitre de l'usine de mes rêves, et la pointeuse a le goût de tes lèvres.  

 

Tu vois, je t'offre ces pages parce que les fleurs c'est périssable et que chaque lettre est faite pour ta bouche.

 

Finalement, je détruis ma maison mais il reste toujours les fondations.