Au Coin du Fou

Au Coin du Fou

CAUCHOIS julien

CAUCHOIS julien
Artiste amateur depuis 26 ans
Pratique l'art de La littérature
Consulter son site internet
Consulter sa page facebook

0 vote ce mois-ci


Fans


Voir tous

l'empathique

Le


tu ne sais plus quoi dire

et je n’ai pas le vent des mots

et de tous les maux que je porte

tu hésites à désigner les chemins

qui pourraient te rendre précieuse

libre et papillon du temps

nue quoique habillée de couleurs oblongues

sur tes ailes d’évasion évasées

 

abrasion dans ma gorge jaunie par le tabac

je tousse mais ne parle point

tel un barbare qui racle ses borborygmes

et toi tu restes là à sécher tes cils

à goutter la prime buée du matin

complètement tempérée et coite

 

il y a bien longtemps que nos coïts  sont couchés sous le lit déserté

 

allais-tu ouvrir la bouche

mais je ne peux pas

 

j’ai posé mon index sur ton doigt de l’ange

et ton philtrum – ce sillon – ne filtre plus les pleurs qui de tes yeux se rejoignent en ta  bouche

non sans érotisme transcendant chez moi quelques signes d’érections

molles si molles d’une vie en bémol voici l’homme à l’amer

 

j’ai posé mon index sur la marque de l’ange

et ranger les mots que tu voulais dire

rien n’est sorti de ta bouche

mais tu n’es jamais partie

je t’ai alors embrassée le nez le menton et les lèvres

propres à te porter toutes mes Amours et mes romances

 

tu as souffert de ma souffrance

jusqu’au terme de ma traîne

celle qu’on laisse derrière soi

ce gamète qui devient comète

juste avant coma et mort

quand le corps brûle son dernier voyage

et que descendent les cendres

comme une pluie pastorale

sur les fleurs que tu butines

 

guéri puisque au-delà

tu ne souffres plus à présent

 

envole-toi petit papillon des champs

 


Julien Cauchois – 24 janvier 2014