Annie Cordy

Publié le 22 janvier 2014 à 21:49

                                                    

Photo de Marc-Antoine Coulon. 


Je suis une aventurière ! 


C’est une Annie Cordy fidèle à elle-même que nous avons rencontrée : alerte, pleine d’entrain, attentive aux autres. Toujours, elle propage autour d’elle ce tonus et cette bonne humeur communicative qui ont fait sa popularité. Plus que jamais, aussi, et à 85 ans, cette grande dame du spectacle repart du bon pied. Récent album, nouvelle tournée « Âge Tendre et Tête de Bois » mais aussi ses inlassables et populaires tours de chant, le cinéma et la télévision : Annie nous dit tout !

Elle, enfin, qui est devenue l’artiste renommée qu’elle est aujourd’hui a tenu à réagir au concept « Nos’Arts » : contribuer à l’éclosion et à la notoriété de jeunes talents.


IL y a maintenant un an votre dernier album « Ca me plaît… pourvu que ça vous plaise » a marqué votre retour. Pouvez-vous en dire plus ?
Ne dites pas qu’il s’agit d’un retour puisque je n’ai jamais quitté la scène ! [rire] Mais il est vrai que cela faisait déjà 14 ans que je n’avais regagné les studios avec mes amis musiciens… A la demande de ma fidèle collaboratrice et nièce Michelle « Mimi » Lebon, j’ai offert au public ces 14 chansons qui sont autant de coups de coeur. L’enregistrement de l’album a été une aventure formidable. Je l’ai voulu à mon image, y semant joie de vivre, optimisme et airs entraînants mais aussi, parfois, plus mélancoliques.


Le titre « La machine à chanter », est très exactement autobiographique. « Bien au contraire » évoque le temps qui passe, à l’image des gens de mon âge.
Quant à « Hawaï 1942 », ses airs jazzy me rappellent mes débuts dans les années 50… « Les baisers de mon coeur » a été le titre phare de l’album, le single envoyé aux radios. Il est servi par un clip magnifique. J’ai tenu à associer à l’album de talentueuses signatures : Charles Aznavour, Claude Dubois, Enrico Macias ou encore Alice Dona qui me fournit les titres
de mon premier tour de chant. Au total, ce sont 8 des 12 titres de l’album que j’interprète sur scène.


La scène, précisément, venons-y. Quelle est votre actualité spectacle de cette fin d’année ?
Je suis actuellement et jusqu’en février 2014 en pleine tournée « Âge Tendre et Tête de Bois ». C’est un grand événement populaire qui me tient à coeur.
Il attire un public considérable et passionné, demeuré très fan de ces artistes qui se produisent depuis 40 ans. J’ai le plaisir à chaque fois de les retrouver : cette année, Hervé Vilard, Michèle Torr et, pour la première fois, un petit nouveau : Dave. J’y interprète les nouveaux titres d’Alice Dona suivis d’un medley des incontournables de mon répertoire : « Hello Dolly », « ça ira mieux demain », « La Bonne du Curé », « Frida Oum Papa »,« Cho Ka Ka O », « Tata Yoyo »… 

En voyant les dates en « blanc » de cette tournée, on me dit parfois :« Mais vous ne faites rien ces jours-là » [rire] Et bien figurez-vous que la plupart du temps, je réalise en plus des tours de chant d’une heure et demie, accompagnée de mes cinq musiciens.

Tout cela ne me pèse pas plus que cela. Je n’ai de cesse de sauter dans la voiture, parcourir 400 km pour la prochaine scène. Car seul m’importe l’avenir et ce que l’on fera plus tard : je suis une femme d’aujourd’hui… et de demain. Je ne regarde jamais derrière moi. Peu importe le nombre de tournées et de galas que j’ai déjà enchaînés, car quand on aime, on ne compte pas ! [Cet automne,] Annie reprend le cinéma avec Jean-Paul Rouve ! 

De la scène à l’écran, il n’y a qu’un pas que vous aveztrès tôt franchi. Où cinéma et télévision vous ont-ils conduite récemment ?
J’ai achevé cet automne le tournage d’une série télé réalisée par Arnaud Malherbe. « Chefs », comme elle s’intitule provisoirement, prend place dans les cuisines d’un grand restaurant. Ce fut un bon tournage très sympathique avec des acteurs comme Clovis Cornillac et Robin Renucci. Ces six épisodes de 52 minutes devraient être prochainement diffusés sur France 2.

Et puisque nous sommes entre nous, je vais vous faire confidence d’une nouvelle que vous serez les premiers à apprendre : celle de mon retour au cinéma !Le tournage de ce prochain film a débuté le 18 novembre et il a pour réalisateur Jean-Paul Rouve. Mais chut ! Je ne vous en dirai pas plus car je suis tenue au secret…

Photo de Marc-Antoine Coulon

Ces deux collaborations, ce sont des aventures au même titre que la trentaine de films et autant de fictions télé que j’ai faits dans ma carrière. Oui, c’est cela, au fond : je suis une aventurière ! J’aime visiter les choses que je ne connais pas bien. Mais mon premier métier est d’être sur scène et de chanter. La revue « Nos’Arts » a à coeur de contribuer à l’éclosion de jeunes artistes.

Que vous inspire cette démarche, vous qui avez un regard rétrospectif sur ce métier ?
Soutenir de jeunes talents est bien entendu une excellente initiative que je ne peux que vous encourager à poursuivre. Mais s’il y a un conseil que je puis vous donner, c’est de ne pas se contenter d’en parler une fois, juste histoire de l’avoir fait, puis tourner la page et passer à autre chose. Il faut que vous les suiviez ! Prenez des nouvelles de ceux dont vous parlez ! Car le métier d’artiste ne s’inscrit que dans la durée. 

Nous ferez-vous enfin le plaisir de venir nous rendre visite à la soirée « Nos’Arts » du 21 novembre ?
Comme je vous l’ai indiqué, j’ai une tournée très prenante : je serai ce soir-là en concert au Mans. Aussi vous me permettrez d’être avec vous en pensées. Vu mon agenda, peut-être vous rendrai-je visite pour, disons… 2015 [rire]. Au revoir à tous et bonne continuation à        « Nos’Arts » ! 

Site officiel : www.annie-cordy.com


Par Olivier Sourd


Poème de Jean-François Sourd

« Annie Cordy, déesse de la scène… »

« Arc en ciel de gaîté généreuse, d’improvision programmée et de rayonnement musical, votre regard fûté invite à une complicité festive, fête du corps, du coeur et de l’âme, et pour animer, vous êtes une étonnante étoile de jouvence, au scintillement pérenne de vraie déesse de la scène. »

Jean-François Sourd